Quelques mots sur „die Jahrhundertversöhnung“ de Stefan Simons (6.7.2011)

Le matin du mardi 5.7.2011 en lisant le SPON j’ai découvert le texte „die Jahrhundertversöhnung“  de Stefan Simons, correspondant du Spiegel à Paris,  publiéle 1.7.2011 dans « einesTages » – le site d’histoire contemporaine du Spiegel (Zeitgeschichten auf Spiegelonline).  Die Jahrhundertversöhnung c’est l’histoire d’une rencontre tragique entre deux officiers durant la grand guerre de 1914-18 dans le Sud de l’Alsace pas loin du Hilsenfirst – l’un des deux fut l’officier français, le Capitaine André Vacquier – l’autre l’officier allemand, le sous-lieutenant Johannes Richter : les ombres ressurgissent du passé .  Le capitaine Vacquier ne rentrera pas de cette rencontre tragique – il mourut comme des milliers d’autres soldats français et allemands dans le terres du Sud de l’Alsace quelques part entre Vosges et Sundgau. Vers la fin du récit Stefan Simons nous  raconte comme après 89 ans  le petit fils du sous-lieutenant  Johannes Richter rapporte les dernières affaires personnelles au petit fils du  Capitaine Vacquier et c’est ici, à la fin du récit que nous apprenons que le petit fils du Capitaine Vacquier  est devenu lui – même Grand père d’une petite fille franco – allemande. Ce texte émouvant de Stefan Simons, mériterait d’être traduit en français, pour être connu par un très large public en France. Car dans ce récit, nous retrouvons l’âme de la réconciliation franco-allemande, – cette âme du « jamais plus cela » qui fut aussi le début de la construction européenne. L’espoir de ne « plus jamais » voir les champs & forêts de la Lorraine, de l’Alsace, des Flandres etc. tremper par le sang d’innombrables guerres  fut il n’y a pas si longtemps  le moteur de la construction européenne. De nos jours, ce souvenir de  ce que furent les espoirs de la construction s’oublie trop souvent.  Pour finir, ce récit d’un long chemin de réconciliation avec les douleurs de l’histoire franco-allemande, que Stefan Simons nous raconte, m’a une fois de plus réveillé les souvenirs de ma propre-histoire familial franco allemande (voir par exemple 1, 2, 3, 4, 5 ).

Christophe Neff, Grünstadt le 6.7.2011

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s